Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog
19 Aug

Industrie du placement

 - Categories:  #Articles

Industrie du placement

Voici un témoignage sur l'industrie des placements d'enfants en France.

Un enfant placé coûte 72.000 euros par an à l'Etat, au contribuable.

La moitié des 168.000 placements sont abusifs, c'est-à-dire que les enfants ne sont pas en danger.

Où va l'argent?

Les conseils généraux reçoivent de nos impôts 7 500€/mois par enfant pris en charge par l'« Aide Spécialisée à l’Enfance » : « ASE ».

L'ASE est une politique de la famille qui est gérée par le CG, ce n'est pas en soi une structure d'accueil physique, mais de belles phrases écrites pour aider un enfant en souffrance et sa famille. En contre partie, c'est bien de cette politique que naissent, pour l'intérêt supérieur de l'enfant, des structures d’accueils, des partenariats avec des associations chargées de les protéger, et divers potages...


La complexité de l'organisation des services Sociaux (SS) est pour mieux nous perdre mon enfant, bravo à celui qui comprend l'ensemble de celle-ci.

En tout état de cause la politique de l'ASE est responsable des nombreux placements abusifs, nommés "RAPTS D'ENFANTS", sévissant chaque jour en France pour des raisons diverses.

Pourtant, les articles de lois définis dans cette fameuse (pour ne pas dire fumeuse) protection de l'enfance insistent très lourdement sur le rôle essentiel des professionnels et des structures d’accueils à devoir mettre TOUT en oeuvre pour préserver le lien de l'enfant avec ses parents. Il doit être écarté uniquement si il est mis en danger.

Il est fort de constater aujourd'hui, avec de nombreuses preuves à l'appui, que TOUT est effectivement mis en oeuvre, mais dans une politique totalement inversée. L'enfant est retiré de tout l'ensemble de son cadre de protection.

  • Soit pour rester avec le(s) maltraitant(s) dénoncé(s) : il faut savoir que le "conflit familial" lors d'une séparation est la porte d'entrée favorite des SS. L'adulte protecteur se retrouvera alors à devoir "visiter" l'enfant dans des lieux médiatisés, qu'il doit souvent payer pour leur magnifique service, entouré de chiennes de garde chargées d'établir des rapports qui serviront à la justice pour évaluer la nécessité de continuer ou non la mascarade. La démonstration est parfaite dans le calvaire que vivent Sandrine Chastan et ses 3 enfants

  • Soit pour être rapté dans une structure d’accueil: il faut savoir que le "conflit familial" n'a pas forcément ici sa place. Un couple peut se voir retirer leur(s) enfant(s). Un des arguments préférés des SS devant un juge, est celui d'avoir fouillé dans votre propre enfance, car si par chance elle a été douloureuse, ils s'en serviront pour prouver que vous êtes un parent en souffrance, et donc incapable de vous occuper de votre enfant. Tout est prétexte pour trouver le moyen utile du retrait, surtout le mensonge. Léa & Joachim sont l'évidence même de l'impensable supercherie.

Effectivement, les structures d'accueil des enfants placés sont très floues. La transparence est loin d'être de mise. Il n'est pas rare qu'elles ne soient ni habilitées sous un numéro Finess ni détentrices d'un personnel compétent, puisque non déclaré, et/ou non formé. C'est pourtant bien ce personnel qui est en droit d'établir des rapports sur et contre vous...

L'association d'Olga Spitzer * est une grande référence en cette matière de leurres, de dysfonctionnements, de preuves flagrantes de rapts organisés d'enfants.

Ces mises en scènes de l'horreur sont d'autant plus possibles depuis la loi 2007 qui donne le pouvoir aux "SS" de guider la justice sur la situation familiale.

Pour le CNCDH, institut Français de protection et promotion des droits de l'homme,

"Certaines dispositions prévues par la loi du 5 mars 2007 n’ont pas été mises en œuvre, qu’il existe de grandes inégalités dans la mise en œuvre des dispositifs, en fonction des départements et que si la prévention était le maître mot de la loi, aujourd’hui encore seuls 20% des financements de l’aide sociale à l’enfant sont consacrés à la prévention. Les auditions réalisées par le groupe de travail ont mis en évidence des distorsions entre les textes et la pratique".

Les "SS" sont depuis une sorte de "complices" aux rapts d'enfants auprès de la justice. Est-ce pour l'aspect financier extrêmement lucratif pour les Conseils Généraux, les structures d'accueils et tous les intervenants de la justice; ou pire encore, pour la destruction organisée de la famille; ou les 2 à la fois ?....

12,24 milliards d'euros ponctionnés sur NOS impôts pour organiser la destruction de NOS famille

Pour que cette organisation fonctionne, il faut des moyens!

Les 90 000€ par an et par enfant le leur fourni bien au delà des besoins mêmes, puisqu'un enfant placé en institution est loin de coûter à la société 7500€/mois. Aux vues du chiffre colossal du coût total des placements d'enfants par les CG, 160 000 enfants Français placés => 14 400 000 000 € par an !!!....

Un témoignage chiffré sur l'industrie du placement d'enfants en France, recueilli le 8 août à la marche des parents contre les placements abusifs.

Un enfant placé coûte 72.000 euros par an à l'Etat, aux contribuables. La moitié des 168.000 placements en France sont injustifiés car les enfants ne sont pas en danger.

Où va l'argent? Qu'est-ce qui justifie de telles sommes?

La suite sur Reso Off: http://www.reso-off.fr/

Comment on this post

About this blog

Témoignages de familles confrontées au déni de justice, et dont les enfants sont victimes de pédophiles