Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog
19 Aug

Chérif Delay (Outreau)

 - Categories:  #Chérif Delay

Chérif Delay, l'une des victimes d'Outreau, montre comment la "justice" a fini de broyer les victimes (pourtant reconnues comme telles). Comment, après avoir été violé par un réseau d'acquittés, Chérif a ensuite été maltraité jusqu'au bout par les sévices sociaux...

Chérif Delay (Outreau)
Comment on this post

Gérald de Wendel 01/10/2016 21:42

Affaire des disparus de Mourmelon :

http://www.disparusdemourmelon.org

Une affaire similaire, avec fautes lourdes de l'état, de la justice.

Victor Khagan 08/26/2013 11:18

Je souhaite de tout coeur que les trois frères Cherif, Dimitri et Jonathan, comme toutes les victimes survivantes que je côtoie, puissent tôt ou tard retrouver une activité professionnelle, même "indécente" (comme les contrats zéro heure qui commencent à pulluler en UK), afin de s'occuper l'esprit pour se sortir d'elles-mêmes. J'ai moi-même pu travailler dans divers secteurs professionnels toute mon existence, jusqu'au moment de mon X° départ en dépression, lorsque un psychiatre expérimenté a remis à la médecine du travail son avis de suspension immédiate d'activités, suite aux cauchemars où je tuais des gens à bout portant, etc.

Il y a des victimes survivantes insérées qui, sans déstabilisation relationnelle excessive ou parce que leur job leur donne une structure psychologique importante, continuent de travailler jusqu'au bout. D'autres personnes qui ont été vraiment cassées, qui ont perdu tout repère de valeurs sociétales, toute foi, tout ressort de motivation, dans une solitude affective totale, et pour lesquelles l'idée du lendemain est devenu une montagne, une horreur, et pour qui plus aucune relation humaine n'apporte de réconfort sinon méfiance et obstacles, ces personnes sont (comme mon ami Jules Brunin l'est devenu au-delà de la cinquantaine) au moins pour une longue période, devenues incapables de prester une contribution à la société, en dehors, par exemple d'un travail d'aide sociale comme bénévoles. Et on est heureux si elles peuvent vivre en dehors d'une dépendance quelconque, de la violence, du délit de toute espèce.

Je pourrai vous donner en exemple une personne diplômée en sciences po qui a, brutalement, pris conscience de la réalité où son père l'a fait violer par un ami à lui, chez lui, en sa présence. Des exemples, il y en a des millions. Il y a aussi toutes ces victimes (survivantes ?) qui ne peuvent que se prostituer du fait d'avoir été exclusivement valorisées par l'offrande avilissante de leur corps pré-érotisé. L'abjection dans laquelle elles ont été longuement plongées les rend incapables de vivre en dehors de l'avilissement répété : elles y ont été formatées. Elles ne sont pas réellement conscientes de cela mais leur conditionnement les bouffe sans autre espérance de futur.

On se demande comment ces personnes continuent de vivre le jour suivant. Beaucoup ne tiennent qu'avec des dépendances, d'autres sont SDF, parmi lesquelles on a recensé au moins 80% de victimes d'inceste et / ou de pédocriminalité. - Jusqu'à 86% dans la prostitution habituelle. Il y a des mécanismes psychiques qui doivent fonctionner un minimum pour qu'un individu se rende à un lieu de travail, soit apte à affronter les gens "normaux", soit capable de supporter certaines frustrations anodines, des reproches inévitables dans le quotidien entre collègues, etc.

Que je sache et il y a là un souci qui me travaille à leur propos, ces trois frères n'ont pas reçu de traitement psychologiquement efficace ou prolongé. Comment le pourraient-ils d'après le type d'existence où ils baignent, tenant également compte de la très forte déstabilisation ruineuse de leur vie publique, des procédures de justice qui durent depuis des années, qui les projettent dans une célébrité fortement néfaste, dans une misère affective et morale qui empoisse chacune de leurs réflexions personnelles ?

Tout ce que je dis ici ne va pas nécessairement "à la messe", comme on dit en espagnol, mais je pense qu'il est important que ce débat soit ouvert. Il ne serait pas très éthique de philosopher alentour des lois, des corruptions professionnelles, de généraliser de manière "transcendantale" sur le sort des enfants victimes en justice, en s'aveuglant sur les réalités psychiques du quotidien de ces trois personnes. Au-delà d'être un enjeu de batailles très nobles ou d'un exercice professionnel même performant et bénévole, ces frères présentent une détresse psychologique profonde et grave.

"L'essentiel est invisible pour les yeux".
Les structures de médiation de dettes que nos pays mettent en place n'existent pas simplement pour "créer des assistés", elles correspondent à une sorte de maladie existentielle qui trouve ses racines dans la misère. Nous savons depuis quelques années qu'il s'agit aussi de misère affective et morale due aux viols à répétition et principalement dans la famille, ce qui ruine tous les schémas structurant des enfants, des adolescents. C'est d'eux dont nous parlons.

About this blog

Témoignages de familles confrontées au déni de justice, et dont les enfants sont victimes de pédophiles